Chapitre XXV – Première partie d’un plan à trois

Une vague lumière cendrée tombait des hauts feuillages. Deux hommes, opposés tant par leur âge que par leur physique et pourtant ici réunis par une même cause, se faisaient face à l’aube de cette nouvelle journée.

« Gilderien-svit-kona1, j’ai besoin de ton aide.

  • Dröttningur2, je le sais, j’ai eu le pressentiment de ta visite. Et je me doute qu’il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle. »

L’ancien prince hocha la tête, ne pouvant que confirmer ce ressenti. Maintenant, il lui restait à convaincre cet ami de son père, ce grand sage dont le destin semblait être futur protecteur de la blanche flamme de Vándil à la place de Tarmunora. Ça tombait sous le sens, il aurait bien plus de temps qu’elle et son expérience lui permettrait une meilleure connexion avec les esprits et la nature, un lien plus fort avec les anciens événements. Gilderien était un être puissant et il aurait besoin de cette puissance pour ce qu’il préparait, d’une précision chirurgicale et d’une rapidité insolente.

« Eh, paraît-il que les serviteurs du Prince ne font plus leur office…

  • M’étonne pas, c’est plus vraiment un Prince…

  • Parle pas si fort ! Si l’on t’entend !

  • Tu sais ce que je veux dire. Tout ça va mal finir, plus rien n’est équilibré depuis la venue de cette étrangère.

  • Oui, et qu’est-ce que c’est que cet œuf ? Les dragons devraient l’emporter loin d’ici, tant que c’est encore possible. Comme on l’entend, cela ne doit pas être si difficile ! Qui plus est, ils sont forts et dominants.

  • Même nous pourrions aller l’enlever ! Ah, quelle honte… »

Les murmures allaient bon train au milieu des futaies et bosquets clairs, une rumeur sourde et inquiète, parfois vindicative quoique restant toujours discrète, concernant, pour la majeure partie, le manque de professionnalisme des gardes de l’œuf géant. Le soleil luisait doucement par-dessus tout ce beau monde, indifférent à ses secrets et tactiques tortueuses, son éternel bouille jaune n’ayant aucune pensée. Ailleurs Silmarien sougeait : « Crois-tu vraiment m’avoir, Aerandir ? Tout ce que l’on raconte sur la surveillance relâchée de tes gardes, je n’y crois guère ! Juste après s’être mis à mes trousses ? Oh oui, je le sais, tu désires m’attraper, mais tu ne m’auras pas ! »

« Dame, l’heure est peut-être venue, suggéra l’un des Protecteurs de leur coalition. Ces rumeurs… elles pourraient être fondées, nous n’aurons pas d’autre chance !

  • Hm… tu as sans doute raison, Kaelrïn, sourit l’impétueuse blonde d’un air gourmand, l’heure est venue…

  • Je suis tout entier dévoué à votre service. Ordonnez, j’agirai. »

L’après-midi s’allongeait, languissante et fraîche. Deux gardes jouaient au sol avec des pierres fines translucides sous les rayons, accroupis et clairement indifférents à leur tâche. Des oiseaux chantaient, un cerf brama au loin, les elfes relevèrent la tête, un peu inquiets. Il y avait dans son cri une forme d’angoisse qui ne les poussa pourtant pas à se redresser tout à fait, à reprendre leur poste. Quelques frêles murmures furent échangés puis ils continuèrent, relançant inlassablement leurs pierres. À l’intérieur, dans la pièce chaude et humide, l’œuf reposait, immobile sur son lit de coton. Le nid le maintenait droit mais personne ne venait le nourrir, seul Aerandir le pouvait au vu des derniers essais et il n’était pas là mais à Ellesméra pour tout justement en savoir plus sur ce curieux cocon.

L’ombre finit par tomber, drapant les silhouettes d’une cape noire. Frileux, certains s’en retournaient chez eux ; la chouette hulula dans une sorte de sapin à proximité de Belchambrée puis se tut, effarouchée par quelques étranges événements. Quelqu’un se faufilait sous la pinède, d’une discrétion amoindrie par sa confiance. Il passa par-derrière la maison, une petite porte de service qui ne résista pas à sa magie, livrant l’intérieur sans surveillance ; une frêle lueur provenait de deux lampes positionnées près de l’œuf. L’ombre se glissa jusqu’à lui après une brève reconnaissance locale et leva une main, prêt à lancer un sort de téléportation, complexe et énergivore – ils s’étaient donc préparés depuis un moment, ils avaient donc eu l’intention de l’enlever bien avant les rumeurs ! A l’instant où il débutait son incantation à voix très basse, une pointe implacable perfora ses défenses mentales.

Ils se doutaient bien d’un traquenard, il s’était sacrifié à la place de leur Dame, il n’imaginait même pas, il s’effondra.

Skölir. Le nom s’évada à la rencontre du grand sage dissimulé à l’étage supérieur. Sa capacité magique lui avait permis de rester invisible jusqu’au dernier moment et l’intrus n’avait osé avancer son esprit alentours. Ils avaient failli par surestime de soi. « Il y a moins d’intelligence dans leur acte que je ne le supposais, songea alors l’ancien Prince, à quelques mètres au-dehors, perché au sommet d’un arbre. C’est insolite, j’aurais pensé qu’ils se prémuniraient un peu mieux de ce genre de coup. Des informations intéressantes se trouvaient forcément intégrées à son esprit, n’imaginaient-ils pas qu’une puissance les dépassant pût les prendre à contre-pied ? Non, il est vrai que Gilderien se fait discret et avait tant à faire à Ellesméra ! Notamment officier une union dès ce matin, ce qu’il ne pourra faire. Ce n’est encore jamais arrivé, mais j’ai réussi à le convaincre et j’ai bien fait ! Même notre ennemi n’aurait pu se douter de cela, je n’ai à ses yeux plus aucun pouvoir réel et fait en sorte que l’on croie qu’en allant à Ellesméra je cherchais des informations au sujet de l’œuf. Uniquement cela. Toutefois, il n’est pas tombé de lui-même dans le piège. »

L’infiltré, évanoui au sol, subit un remaniement mental : il n’aurait aucune idée de celui qui l’avait attaqué bien qu’il était certain que son maître finirait par le deviner. Qui donc au Du Weldenvarden avait autant de pouvoir pour effondrer un rempart aussi rapidement et sans combat ?

Aerandir se précipita aux côtés du Sage, s’assurant d’un coup d’œil (et par une auscultation de ses émotions « externes » comme il les appelait) que l’œuf allait bien.

Un sort vide-oreilles plus tard :

« Alors ? Chuchota néanmoins le jeune elfe, suspectant jusqu’aux souffles du vent.

  • C’est Skölir, répondit sur le même ton l’homme aux cheveux blancs. La coalition protectrice des us et coutumes, enfin, ça c’est leur couverture. M’est avis qu’ils voulaient protéger autre chose !

  • La race elfe et ce malgré tous les moyens, avança l’ex-prince en plissant les paupières. Il n’empêche, cette coalition me dit quelque chose, j’ai dû en entendre le nom quelque part… ou était-ce seulement cette expression ? Hm…

  • Y a-t-il dans ton entourage… ou du moins, y avait-il des elfes ayant pu la mentionner ?

  • Oui, sans doute. (Il soupira.) Cela me reviendra. Je pourrais questionner père ou sœur. En attendant, nous devons ramener l’œuf à la capitale, elle ne sera en sécurité que là-bas.

  • Groumph, déjà que j’ai raté une union à cause de toi ! Tu seras toujours le petit garçon impétueux et volontaire que j’ai toujours connu.

  • Hé hé, c’est justement parce que cela ne s’est jamais vu qu’ils sont tombés dans le piège. Qui aurait pu en douter ?

  • Certainement pas moi avant hier ! »

Aerandir pouffa puis reprit son sérieux. Laissant aux gardes revenus le soin de s’occuper de l’intrus, ils sortirent tous deux, l’œuf enveloppé d’une épaisse cape brune flottant derrière eux dans la nuit épaisse. (Ce sort consommait exponentiellement au poids du concerné, ce qui se faisait fort rarement.) Sautant sur leurs chevaux respectifs, ils filèrent aussi vite qu’ils le purent, surveillant de temps en temps les alentours de peur d’un traquenard. Mais rien ne survint jusqu’à ce qu’apparussent les premières maisons de la capitale. Belchambrée loin derrière, il fallait vite trouver une confortable maison pour la grise coquille qui s’était bien refroidie sur le chemin ; Aerandir le ressentait au creux de ses os. « Les ennuis sont loin d’être terminés mais au moins Éther est sauve. Et nous avons une piste plus que concrète. »

Avertir par messager son père et sa sœur serait l’étape suivante ; la lettre mentionnerait évidemment l’échec de ses recherches par rapport à l’œuf mais seule la royauté saurait lire entre les lignes…

Tout comme elle l’avait supposé. Un lent sourire torve assombrit le visage de la belle blonde et sa main passa nonchalamment sous la masse bouclée. Bien… il n’y avait plus qu’à se lancer dans la deuxième partie de son plan !

1Titre honorifique destiné à une personne très sage

2Prince

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
10000