Dieu sait ce qu’elle va m’offrir !

Cette nouvelle m’a été commandée pour un recueil de la St Valentin 2014, intitulé : « A nos amours, bordel ! ».

Lorsque l’Ami se rendit, l’âme guillerette, à son rendez-vous valentinesque, il ne se doutait pas que le plus extraordinaire des cadeaux l’attendait.

Il s’imaginait clouer le bec de l’Amie pour de longues minutes, chose aisée à imaginer, mais tellement délicate à mettre en œuvre. La réalité en fut tout autre.

L’Amie l’accueillit avec cet élan et cet enthousiasme qui la caractérisait. Le programme était prévisible : effusion, fusion, infusion. Une belle soirée s’annonçait.

L’Ami tenait serrée sa surprise au fond de la poche. L’excitation et l’impatience le faisaient tressauter sur place. Il reçut un bisou langoureux en guise d’espace vert phylactérien (de préambule, quoi !). Puis :

— On offre les cadeaux tout de suite ?

L’Ami avait dégainé sa petite boîte et la présentait, paume à plat, le cœur battant. L’Amie s’en emparut1.

— Qu’est-ce que t’est-ce ?

— Ouvre et tu verras. Mais regarde bien, c’est très fugace !

Elle ôta le couvercle et poussa un cri. Le spectacle était déjà terminé.

— Magnifique, dit-elle dans un soupir. C’était quoi ?

— Un boson !

— Un boson ? Mais comment as-tu pu…?

— Il m’a fallu une semaine pour l’attraper ! J’ai failli renoncer plus d’une fois ! Mais pour toi, rien d’impossible !

Il eut droit à un deuxième bisou passionné d’une durée de deux minutes trente et de force huit sur l’échelle dédiée. Il avait gagné la partie. Du moins, le croyait-il.

— À mon tour, s’écria l’Amie ! Viens voir par ici…

Il la suivit, encore tout cotonneux.

— Voilà, c’est ici.

— Je ne vois rien…

— Mais si, regarde bien.

— Ah oui, le petit concentré d’énergie, là ?

— Oui !

L’Ami s’approcha, tendit le doigt, le retira vivement.

— Dis donc, on sent… on sent…

… que ce petit concentré ne demandait qu’à s’exprimer, de la façon la plus vive et la plus spectaculaire.

— Tu es prêt ? demanda l’Amie. À toi de jouer, maintenant.

— Je dois faire quoi ?

— Appuie sur le bouton !

Elle lui tendit un interrupteur, d’une main inhabituellement tremblotante. L’Ami s’empara de l’objet, et marqua un temps d’arrêt.

— Vas-y ! l’encouragea-t-elle.

Alors l’Ami obtempéra.

L’éclair qui jaillit du petit concentré d’énergie les chavira tous deux. Il fermèrent les paupières un peu trop tard et grimacèrent sous le choc.

Quand ils regardèrent à nouveau, tout avait changé.

— Ça a marché, ça a marché ! hurla l’Amie en sautillant sur place. Elle se jeta au cou de l’Ami, qui suffoqua et tenta de se dévisser la tête pour étudier la scène. Lorsqu’il put se dégager enfin, il s’approcha.

— Mais comment as-tu pu faire ça ? balbutia-t-il, subjugué.

— J’ai simplement transformé de l’énergie en matière.

— Oui, mais quelle matière ! Regarde, toutes les poussières se reconstituent pour former des boules ! Et elles tournent les unes autour des autres. Regarde celle-là ! Elle grossit à vue d’œil…

— Recule-toi ! Vite !

La sphère avait explosé et se consumait. Elle dégageait une chaleur vive

— L’Amie, tu es un génie !

— Attends, rétorqua-t-elle, tu n’as pas tout vu. Ce n’est que le début.

Elle s’approcha des petites sphères, sembla hésiter un moment, puis porta son choix sur l’une d’elles, parsemée de bleu, qui n’était ni trop près ni trop loin de la boule de feu. Elle sortit de sa poche une quantité de petits sachets et saupoudra la sphère.

— Mais que…

— Deux secondes, coupa-t-elle. Approche-toi et regarde…

— Oh, mais ça grouille à la surface ! C’est quoi ?

— Des petites bestioles de mon invention.

— Incroyable ! Et ça se reproduit à une vitesse !

— Oui, mais ne t’inquiète pas. C’est un écosystème autodestructif. Ils vont se multiplier, tout coloniser, et disparaître très vite. Moins vite que ton boson, mais tout de même !

— Ah oui, effectivement, ils se bouffent les uns les autres !

L’Ami était comme hypnotisé. Toute la surface de cette petite boule était le théâtre d’animations, de combats…

Il eut alors une idée. Tirant de sa poche un petit gravillon, il le jeta à la surface de la sphère, qui frissonna sous le choc.

— Mais arrête ! s’écria l’Amie. À quoi tu joues ?

— Je voulais voir comment réagissent tes bestioles à un stimulus extérieur.

— C’est malin, tu m’as niqué les plus grosses !

En effet, une bonne partie des bestioles n’avait pas supporté l’expérience. La sphère s’était également recouverte d’un nuage de gaz opaque, et refroidissait rapidement. Le nuage finit toutefois par disparaître.

— De toute façon, il sont programmés pour crever, non ? lâcha l’Ami, un peu honteux.

— Oui, mais ils doivent crever selon mon scénario ! Là, tu m’as tout déréglé ! Regarde, on arrive à un équilibre entre toutes les espèces. Mon écosystème autodestructif est à revoir !

— Tu sais ce que tu devrais faire ? Placer sur ta boule une bestiole qui flingue toutes les autres. Une bestiole très con, qui s’autodétruirait après avoir zigouillé tout le reste.

— Oui, pourquoi pas. J’en ai une en réserve, mais j’avais hésité à m’en servir. Attends, il faut que je la retrouve. L’Ami, sers-nous l’apéro en attendant que je remette la main dessus.

— Bien, chef. Que veux-tu boire ?

— Une ambroisie, comme d’habitude !

Le temps que l’Ami eût rempli les verres, sa dulcinée était de retour, plusieurs sachets à la main.

— J’ai même eu le temps de revoir sa programmation. Je crois que tu vas être content. De fait, j’ai trouvé le moyen ultime de renforcer son agressivité.

— L’Amie, tu es divine. Raconte !

— Il naîtra en sachant qu’il va mourir. Dès lors, il va lutter contre cette malédiction, précipitant sa perte et celle de son entourage.

— Génial !

— Et ce n’est pas tout ! J’ai créé plusieurs déclinaisons de l’espèce. Ceux-ci, dit-elle en versant le contenu d’un sachet sur la sphère, pensent qu’ils sont les meilleurs. Ceux-là sont persuadés qu’ils sont mes préférés.

Et elle saupoudra une nouvelle semence…

— Parce qu’ils te connaissent ?

— Oh, pas vraiment. Mais suffisamment pour qu’ils aient peur de moi.

— Je peux vider un sachet, moi aussi ?

L’Ami était dans un état d’excitation extrême. Il tendit un verre d’ambroisie et reçut un petit sac en retour. Ils trinquèrent.

— Et ceux-là ? demanda-t-il en agitant son trophée.

— Surprise ! Allez, verse-le où tu veux.

Ce petit monde prenait vie à une allure vertigineuse. Le déséquilibre commençait cependant à peine à entamer la sphère.

— Regarde, l’Amie ! Une petite bestiole est grimpée en haut d’un monticule. C’est extraordinaire, j’entends vaguement ses pensées.

— Oui, c’est normal, j’ai réglé leur fréquence cérébrale sur la nôtre. Mais il faut s’approcher très près et bien se concentrer pour percevoir leurs ondes. Ils sont si petits.

— J’ai une idée !

Se penchant au plus proche du petit monticule, il fixa un moment la petite bestiole. Puis il se recula, visiblement satisfait.

— L’Ami, tel que je te connais, tu lui as raconté tout un tas de conneries. Allez, avoue ! Tu lui as dit quoi ?

— Je lui ai interdit à peu près tout !

— Non, tu n’as pas fait ça ?

— Si ! Et en premier lieu : « tu ne tueras point » !

— L’Ami, tu es un monstre ! Ils sont programmés pour s’entre-tuer !

— Justement, ça va les rendre complètement fous !

— Tu es démoniaque ! Mais je t’adore.

— Moi aussi, l’Amie…

— Viens, j’ai envie de toi…

— Mais attends, c’est pas dangereux de les laisser tous seuls ?

— T’inquiète pas, quand on aura fini notre petit câlin, ils seront tous crevés. Et puis, d’après mes calculs, la petite boule qui brûle va exploser dans exactement quarante minutes.

— Merci l’Amie !

— Ça t’a plu ?

— Je suis au paradis !

1Ne faites pas attention, c’est l’émotion !

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Dieu sait ce qu’elle va m’offrir !"

Me notifier des
avatar
10000
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
John Mauricio
Membre

Un grand merci Lucius pour cette page. J’ai adoré. On ne sait pas d’abord trop où l’on va, mais quand une petite idée se fait jour, on n’arrête pas de se dire: »Pourvu que ce soit ça!!! ». A lire et apprendre dans les écoles….

Ruby Quartz
Editor

C’est juste génial cette vision ! Je n’ai pas arrêté d’éclater de rire et j’ai commencé à savoir où est-ce que ça allait à peu près vers la mise en place de la « petite boule bleue ». Franchement diaboliques ces deux Amis, tellement adolescents dans leur manière d’être, tellement humains, j’adore les allusions, bravo ! Très bon choix de titre au passage, étant donné que Dieu c’est elle, il est évident qu’elle sait ce qu’elle va offrir – en plus du jeu de mot avec l’expression courante.

Toniachka
Membre

Bonjour Lucius,
J’ai adoré, c’est d’une originalité folle et c’est futé, c’est très bien construit et très plaisant à lire, c’est rythmé et amusant et étrange à la fois, félicitations pour ce récit court et intense, fantastique et science-fictionesque et pour votre imagination fertile !