L’ancienne Égypte

Si l’on voulait décrire les plus courants duels
Qu’ils soient d’humaines humeurs, ou encore naturels
Des monuments glorieux aux plus humbles demeures
Les Valeurs subjectives et changeantes dans l’heure
Il ne faudrait manquer l’important Taoui
L’ancienne, royale Egypte ou le double pays
Au sud le Said et au nord, plaine alluviale
Chacune se partageant le grand fleuve loyal
Haute-Egypte, Basse-Egypte, sans oublier
l’Est et l’Ouest colorés, support des Deux
Kemet la noire, Deshret la rouge, très contrastées
Vallée fertile au limon sombre, désert de feu
Des nomes aux mégapoles tout y est démiurgique
On y crée de grands dieux, d’humbles divinités
D’Anubis à Bastet, fresques théologiques
Sur lesquelles on retrouve des entités passées
A toi l’acclamation, Ô Amon-Rê, seigneur
Tu surgis hors du Noun, hommes et dieux viennent ensuite
Qui es né du soleil et enlève la peur
Le puissant qui fait vivre, nous enseigne sa conduite
A ses côtés fut Mout la grande maternelle
Celle qui donna vie aux humains si chétifs
Et les rendit coupables d’un crime passionnel
Car elle mourut bien seule parmi tout ses naïfs

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
10000